Blockchain et Internet of Things : les pivots du web 3.0

Par :Web 3.0 Laura | 28 Déc 2016

Avec la montée en puissance de l’internet des objets (Internet of Things en anglais), les capteurs et les appareils deviennent de plus en plus présents et communs. Notamment lorsqu’il s’agit du partage de données et d’informations de tous types. Utiles et utilisés autant dans un contexte privé que professionnel, ils permettent d’informer les réseaux de manière décentralisée. Par exemple, au sujet de la température en un lieu précis. Une blockchain privée permet ainsi de garder une trace de tout historique. Ceci ouvre la porte à de nouvelles manières d’automatiser les processus d’une entreprise. Surtout dans les relations avec toutes les parties prenantes sans avoir besoin de mettre en place des infrastructures informatiques centralisées coûteuses. Cela permet à tous les participants d’avoir accès aux mêmes données.

La chaîne d’approvisionnement (supply chain) est le premier et principal bénéficiaire de cette technologie lorsque les données sont partagées via une blockchain privée. L’internet des objets permet la transmission des informations relatives aux colis. Notamment son statut, son emplacement, etc. au fur et à mesure qu’il est transporté d’un véhicule à un autre. Le business contract (également appelé smart contract) spécifie les conditions auxquelles les intervenants. C’est à dire les parties prenantes de la chaîne d’approvisionnement depuis la fabrique jusqu’au magasin, se sont engagés et sont soumis. Si l’une de conditions n’est pas respectée la technologie Internet of Things le notifie directement à la blockchain. Ceci actionne ainsi le smart contract et les conséquences qu’il stipule. Ceci permet la transparence complète et empêche les tricheries et discussions interminables sur la véracité des faits constatés.

La technologie s’en charge et les procédures légales sont donc ainsi automatisées. Ce que beaucoup redoutent avec l’avancée de la technologie est l’impact qu’elle aura sur le marché du travail. En effet la blockchain et surtout les smart contract détruisent en quelque sorte des emplois. Dans l’exemple précédent, des postes tels que le personnel responsable de la collecte et la répartition des données, les juristes et avocats, etc. ne seront plus nécessaires. Cependant, comme dans toute évolution, ces nouveaux systèmes auront besoin d’être créés, implémentés, contrôlés, changés, mis à jour, etc.

C’est la raison pour laquelle beaucoup de personnes parlent de destruction créatrice. C’est notamment le professeur Klaus Schwab fondateur du World Economic Forum, qui soulève ceci. Le monde évolue et ses besoins aussi. Comme le disait Antoine Lavoisier, célèbre chimiste du 18ème siècle, “rien ne se crée, rien ne se perd, tout se transforme”.

Mots-clefs: automatisation, transparence, chaîne d’approvisionnement, Internet of Things, blockchain, ressources humaines

Blockchain et Internet of Things, les sources:

https://www.youtube.com/watch?v=ZKscEx2lO-4

Laissez un commentaire


*

Recent comments

  • LS 3 semaines ago

    Le temps que va nécéssiter ce changement radical du marché du travail, avec la nécéssité de reformer une grande part de la population et d’orienter les jeunes vers de nouvelles voies et nouvelles manières de concevoir leur activité professionnelle, va prendre du temps et beaucoup d’efforts de la part des gouvernements et politiques! Espérons qu’ils ouvrent rapidement les yeux sur cette nouvelle réalité afin d’éviter la catastrophe que pourrait engendrer l’émergence rapide des ces nouvelles technologies web. Merci Web 3.0 pour cet article et pour inciter à la réflexion!

  • AdrienWeb3.0 2 semaines ago

    Super intéressant… C’est fou comme les choses se construisent. C’est fascinant comme la technologie devient omniprésente. Merci l’équipe du Web 3.0 pour ces articles passionnants et bien écrits 🙂